À demi-mot

Un dessin, un collier de nouilles ou un cœur en pâte à sel : les cadeaux que nous faisions à notre maman, quelques décennies plus tôt, étaient bien différents de ceux que nous lui offririons maintenant. Et pourtant, le message que l’on souhaiterait lui transmettre aujourd’hui ne diffère certainement pas beaucoup de celui du passé. Si nous avons la chance qu’elle soit toujours à nos côtés, nous consacrerons notre semaine à trouver le cadeau parfait pour lui faire plaisir. Ce dimanche, le présent que nous aurons pris soin de lui choisir saura illuminer son visage d’un de ces larges sourires que nous connaissons si bien. Pour nous remercier, elle nous prendra certainement dans ses bras ; ces mêmes bras qui nous ont par tant de fois bercés, et qui, même après toutes ces années, n’ont pas cessé de nous offrir leur parenthèse rassurante. L’espace d’un instant, entre deux regards, nous aimerions prononcer à haute voix ce que notre cadeau s’égosille à dire en silence. Malgré nos efforts, ces mots que l’on voudrait tant délivrer restent souvent figés, suspendus à l’intérieur de nous. Mais ils sont tous là, tous les je t’aime, les mercis, les je comprends, les tu avais raison. Alors, à demi-mot, on les glisse çà et là, au détour d’une phrase, d’un cadeau, d’un bouquet de fleurs, ou d’un édito...

E. H.